Des hackers piratent le code de la liseuse Kindle

jailbreak kindle

La révélation d’un « jailbreak » pour les liseuses électroniques Kindle en avril 2022 par un groupe de hackers (pirates informatiques) souligne la vulnérabilité de nos outils numériques. Au cœur de notre sécurité individuelle sur Internet se trouvent nos identifiants. Pourtant, beaucoup d’internautes oublient l’importance de leurs mots de passe, au risque de se mettre en danger sur la toile.

Les mots de passe : une barrière négligée par les internautes

Chaque année, des millions d’internautes se voient victimes de pirates ayant réussi à forcer un de leurs codes secrets. Cela n’a, en réalité, rien de surprenant. Selon une récente enquête d’ExpressVPN sur les mots de passe, les internautes accordent peu d’importance à ce code secret. En France, par exemple, le mot de passe le plus utilisé est « doudou ». Un code simplissime à forcer par n’importe quel hacker débutant.

Comme le souligne cette enquête, les mots de passe les plus forts sont les plus longs, combinant des chiffres et des lettres sans logique. Mais pour un maximum de sécurité, il faut s’assurer que celui-ci soit aléatoire. Pour ce faire, des générateurs de mots de passe existent pour produire les codes secrets les plus pertinents.

Par ailleurs, de nombreux internautes utilisent le même mot de passe pour l’ensemble de leurs comptes. Pourtant, il faudrait changer systématiquement de mot de passe pour chacun de ses comptes sur internet.

hack kindle

La liseuse électronique Kindle cible d’un groupe de pirates

Les mots de passe font partie des maillons les plus faibles de la sécurité sur Internet. Mais ils ne sont pas les seuls. De nombreux produits numériques peuvent ainsi être piratés par les hackers les plus chevronnés. C’est par exemple le cas de la liseuse Kindle d’Amazon, qui donne accès à des livres et documents aux formats acceptés.

En avril 2022, un groupe de pirates met en ligne le « jailbreak » (version modifiée) de la liseuse et le livre ainsi à tous les clients d’Amazon. Il s’agit d’un code source permettant de contourner les restrictions imposées par le constructeur. Les propriétaires d’une liseuse Kindle devaient en effet se limiter au format AZW et ne pouvaient pas installer toutes les applications annexes de leur choix.

L’intervention des pirates leur permet désormais de télécharger des ebooks (livres digitaux) non disponibles sur Amazon, d’utiliser leurs polices d’écriture favorites ou encore d’installer les économiseurs d’écran de leur préférence. Tous ces gadgets permettent de personnaliser au maximum la liseuse Kindle.

Les failles des géants du numérique

Si la divulgation du « jailbreak » du Kindle peut être perçue comme une bonne nouvelle pour les clients d’Amazon, cet événement rappelle l’importance des failles des systèmes numériques. La facilité déconcertante avec laquelle les hackers se sont introduits dans le système de Kindle nous prouve, une fois encore, que les plus grands leaders du marché du numérique ne sont pas à l’abri d’attaques informatiques. Cet événement souligne aussi les dangers auxquels s’exposent les internautes les moins prudents sur Internet.

L’affaire de la liseuse Kindle incitera-t-elle Amazon à réagir et à revoir la sécurité de ses produits numériques ? D’autres constructeurs et industriels pourraient également décider de renforcer la sûreté de leurs produits et services en ligne.

guest
0 Commentaires
Evaluation en ligne
Voir tous les commentaires